617 boul. Curé-Labelle, bureau 100

Blainville (Québec) J7C 2J1

Contactez-nous

Aide à l'adoption des bonnes pratiques de l'utilisation de l'eau par les entreprises horticoles

©Wix

©Wix

VOUS DÉSIREZ PARTICIPER À CE PROJET ?

Contactez: 

Roxanne Jasmin-Larocque, agronome

Objectifs

  • Promouvoir les bonnes pratiques de gestion de l'eau dans le but de conscientiser les producteurs à l'utilisation rationnelle de l'eau et à l'impact des prélèvements en eau sur la qualité de l'eau et de l'équilibre des écosystèmes aquatiques

  • Sensibiliser les producteurs à bien quantifier leur besoin en eau d'irrigation

  • Effectuer des ateliers de démonstrations sur les bonnes pratiques d'irrigation goutte-à-goutte

  • Coordonner l'accompagnement des entreprises pour effectuer le diagnostic de la gestion de l'irrigation goutte-à-goutte et coordonner le suivi de l'implantation des nouvelles pratiques recommandées pour chaque entreprise

L'irrigation non quantifiée a-t-elle réellement un impact ?

L'irrigation non quantifiée des cultures maraichères a un impact négatif sur la quantité et la qualité de l'eau dans certains cours d'eau des Basses-Laurentides. En plus d'avoir un effet néfaste sur les écosystèmes aquatiques dû à la réduction du débit minimal du cours d'eau, l'irrigation abusive contribue au lessivage des nutriments et à la perte de sol ce qui a un impact négatif sur la qualité de l'eau (MAPAQ, 2018). Les résultats des campagnes d’échantillonnage de l’eau du ruisseau Rousse réalisées par Technorem en 2007 et 2009 ont indiqués que plusieurs pesticides dépassaient le critère de vie aquatique au moins une fois durant  l’été dont le Chlorpyrifos (insecticide) (2007 et 2009), Chlorotalonil (fongicide) (2007 et 2008), Permethrine (insecticide) (2009), Diazinon (insecticide) (2009) et plus de 70 % des échantillons dépassait le critère d’irrigation pour les coliformes fécaux (100 UFC/100ml). La qualité de l'eau prélevée affecte la salubrité des aliments produits, ce qui a un impact sur les producteurs certifiés Canada GAP ayant un seuil maximal de 100 UFC/100ml de coliformes fécaux (Boivin, 2018).

La saison 2018 a été particulièrement sèche et quelques conflits d'usage ont éclatés au sein des producteurs de la région d'Oka. Le fait que plusieurs d'entres eux s'approvisionnent dans la même source d'eau affecte les producteurs voisins en aval du cours d'eau surtout lorsque les cycles d'irrigation s'effectuent en période d'étiage ou de sècheresse. Cette problématique collective démontre un besoin de sensibilisation à une irrigation quantifiée et rationnelle auprès des producteurs concernés par le projet.

Méthodologie

Le projet mobilisera un total de 8 producteurs utilisant la technique d'irrigation goutte-à-goutte sur 4 saisons de croissance. La première année, tous les producteurs maraichers de la région d'Oka pratiquant l'irrigation goutte-à-goutte seront rencontrés individuellement afin d’effectuer un test sur leur système (débit, pression, humidité du sol etc.) et afin d'aborder les problèmes et les répercussions liés à l'irrigation excessive. Au cours des 3 années de croissance suivantes, un total de 8 producteurs seront sélectionnés afin d'effectuer une évaluation détaillée de la situation de l'entreprise et de remplir le dossier technique pour l'irrigation dans le cadre du Volet 1 de Prime-Vert.

 

Pour participer, les producteurs devront s’équiper d'un compteur d'eau, de deux tensiomètres, d'un manomètre (achat ou location). Voici les différentes données qui seront évaluées :

  • Caractérisation des propriétés physico-chimique du sol

  • Analyses chimiques et microbiologiques de la source d'eau d'irrigation

  • Évaluation de la distribution de l'uniformité (DU) des systèmes d'irrigation goutte-à-goutte

  • Point tournant et la courbe de désorption selon le type de sol

  • Bilan hydrique

Finalement, en juillet et en août, 2 visites d'accompagnement seront effectuées par le conseiller pour aider le producteur à calibrer les tensiomètres et faire le suivi de l'irrigation. Suite au diagnostic, des recommandations seront émises afin de corriger les problèmes de gestion d'irrigation décelés et un suivi de ces recommandations sera effectué au courant de la saison.