617 boul. Curé-Labelle, bureau 100

Blainville (Québec) J7C 2J1

Contactez-nous

Seigle d’automne comme culture de couverture et culture fourragère pour améliorer la santé des sols

©Wix

©Wix

VOUS DÉSIREZ PARTICIPER À CE PROJET ?

Contactez: 

Fairouz Dif, agronome

Objectifs

  • Implanter un seigle d'automne comme culture de couverture et culture fourragère dans la rotation maïs ensilage-soya pour améliorer la santé des sols des fermes

  • Évaluer l'impact de la culture de couverture de seigle d'automne sur l'érosion et la structure du sol

  • Évaluer le potentiel fourragé du seigle d'automne soit en terme de rendement et de qualité du fourrage.

Pourquoi le seigle d'automne ?

Au cours des dernières années, les rotations de plus en plus courtes, majoritairement comprises de culture annuelle, et la grosseur des machineries ont un impact sur la santé des sols et l'activité biologique du sol. Ainsi, pour contrer ce problème global de santé des sols, l'implantation post-récolte d'un seigle d'automne comme culture de couverture aura certainement des effets positifs dans une rotation maïs ensilage-soya. Vu son système racinaire fasciculé et sa rusticité, le seigle s'implantera rapidement dans le champ pour offrir une bonne couverture végétale durant l'hiver et ainsi diminuer l'érosion et favoriser la structure du sol. L'avantage d'utiliser le seigle d'automne comme culture de couverture est la possibilité de le récolter en fourrage pour combler les besoins à la ferme ou simplement pour avoir accès à des ensilages additionnels. Cela devient donc très intéressant pour le producteur vue le double avantage qu’apporte l’implantation du seigle d’automne comme culture de couverture.

Méthodologie

Suite à l'ensilage du maïs, soit fin septembre dans la région des Laurentides, le seigle d'automne de la variété Gauthier (ordinaire) sera semé. Dans le cadre du projet, une parcelle de 1 à 2 hectares sans seigle devra être conservé comme témoin. Le travail de sol et la fertilisation à l'automne peuvent varier d'un producteur à l'autre, mais idéalement, le producteur appliquerait une dose de fumier en pré-semis du seigle d'automne. Dans tous les cas, le seigle d'automne devra être semé avant le 1er octobre pour maximiser ses chances de survie à l'hiver. Le semoir devra être calibré pour viser un taux de semis de 110 à 190 kg/ha. Au printemps, si les températures sont favorables, le producteur appliquerait 55 à 80 kg/ha d'azote minéral ou sous forme de fumier si aucune application de fertilisant n'a été faite à l'automne.

La récolte du seigle d'automne se fera autour de la dernirère semaine de mai, plus précisément lorsque le seigle sera au stade gonflement ou au début de la sortie de l'épi. La récolte est un moment critique puisque la qualité fourragère du seigle diminue très rapidement à l'épiaison; encore plus rapidement que les autres céréales (OMAFRA, 2012; Robert, 2017).

 

Les données suivantes seront prises dans les parcelles témoins et les parcelles avec seigle d’automne :

  • Diagnostic du profil de sol soit la qualité des agrégats (dimensions, cohésion, forme)

  • Résistance à l’enfoncement à l’aide d’un pénétromètre

  • Évaluation de rendement des cultures (soya, seigle fourrager)

  • Interprétation des analyses l’ensilage pour estimer la valeur nutritive de aliment (matière sèche, protéine,la fermentation, etc.)

  • Évaluation économique avec Rotation+ en tenant compte des rendements, des coûts d'intrants et les coûts d'opérations culturales.

Références

ROBERT, Louis. «Le seigle d'automne: culture de couverture, fourragère, plante-abri et céréalière». URL: https://www.mapaq.gouv.qc.ca/fr/Regions/monteregie/articles/production/Pages/Seigle_automne.aspx

 

BAGG, Joel. «Du seigle d'automne en double culture pour des fourrages additionnels». URL:http://www.omafra.gov.on.ca/french/crops/facts/fallrye.htm